Hey !

Salut à tous. Cet article est la suite de la série d’articles où je vous explique la genèse de Pagnifik, la très belle aventure qu’elle a été, puis les raisons qui m’ont poussé à y mettre fin en 2018. Dans cet article, je prends la peine de décrire le cheminement qui m’a poussé à créer Pagnific à la suite de Pagnifik.

Si vous n’avez pas encore lu les précédents articles, c’est le moment de le faire

Dans l’article précédent, je finissais en expliquant comment au 4ème trimestre de l’année 2018, j’achevai enfin les démarches administratives de dépôt de bilan de Pagnifik.

En 2019, pour moi Pagnifik, c’était donc du passé et j’évitais soigneusement les questions qui tournaient autour… « à quand le prochain évent ? …pourquoi tu ne postes plus sur les réseaux sociaux… »

Je ne voulais pas me lancer dans des explications trop longues… me contentant de mentionner que je n’avais plus le temps.

C’était une partie de la vérité..la plus simple à faire comprendre. Les autres raisons plus profondes, vous les connaissez désormais.

Mais alors, me direz-vous ? Pourquoi avoir repris avec Pagnific ? Et d’ailleurs, pourquoi un c à la fin au lieu de l’orthographe avec un k ?

Des déboires techniques

Je vais faire court et vous épargner de longues explications: j’ai tout simplement perdu le nom de domaine Pagnifik ainsi que tout l’historique du site (tous les articles, le site, tout…) à cause de ma procrastination et ma légendaire phobie administrative.

Lorsque j’ai déposé le bilan de Pagnifik, j’ai bien entendu clôturé le compte bancaire, la carte bancaire Pagnifik a été désactivée. C’est cette carte qui était enregistrée chez mon hébergeur web.

J’oubliais à chaque fois de changer le numéro avec ma CB perso… jusqu’à ce qu’un jour, ils me coupent tous les accès pour facture impayée…L’adresse mail de contact était reliée au nom de domaine Pagnifik.

Environ 6 mois plus tard, j’ai essayé de joindre l’hébergeur pour avoir des explications, payé les factures et récupérer mes accès. L’hébergeur m’a alors expliqué que le nom de domaine Pagnifik m’avait été réservé quelques mois, puis était repartir dans le domaine public et avait été racheté par quelqu’un 🙁

Souvenez-vous le site était très visité, avec des statistiques plus qu’intéressantes… Je ne sais pas comment s’appelle le métier de ceux qui achètent les noms de domaine vacants avec beaucoup de trafic, mais voilà, ils l’ont racheté…

J’ai eu un gros pincement au cœur quand je l’ai su, la seule manière de récupérer était de le racheter aux personnes qui l’avaient racheté. Encore aurait-il fallu qu’elles acceptent de me le vendre, et à un prix raisonnable… Et que je réussisse à récupérer le site, la base de données et les fichiers auprès de l’hébergeur.

C’était trop de tracas et de démarches compliquées pour quelqu’un comme moi qui déteste l’administratif.

J’ai donc laissé tomber, d’autant plus que je n’avais pas l’intention de relancer le site… Les démarches auraient surtout servi à permettre que tout le travail réalisé assidûment pendant 5 ans reste consultable et accessible. Mais j’ai estimé que le jeu n’en valait pas la chandelle.

Comment Pagnific est né

On en vient maintenant à l’histoire de la reprise avec Pagnific. Même si j’avais arrêté Pagnifik, je continuais de suivre l’actualité de la mode afro, des créateurs et marques avec qui j’avais été en contact durant tout ce temps. Parfois, j’avais des choses à dire, des idées d’articles qui me venaient… mais sans canal pour les partager. J’aurai pu le faire via les réseaux sociaux de Pagnifik, mais je ne me sentais pas légitime…

Et puis, arrive cette période inédite de confinement liée à la crise sanitaire inédite que nous vivons actuellement à cause du COVID.

J’ai du temps, beaucoup de temps même de disponible. En cherchant comment l’occuper utilement, j’ai pensé à me remettre à écrire sur l’évolution du secteur de la mode afro.

Le nom de domaine Pagnific, je l’avais acheté quelques mois après avoir acheté Pagnifik…pour éviter que d’autres personnes ne l’achètent (comme quoi, avec ce que j’ai vécu, ma paranoïa de l’époque faisait sens :)) Je le possède donc depuis 8 ans mais ne l’ai jamais utilisé. J’avais également un hébergement web utilisé pour un autre projet.

Bref, toutes les composantes techniques étaient réunies pour faire quelque chose.

J’ai pris deux jours pour définir la ligne éditoriale de Pagnific, écrire les premiers articles et tester si j’avais réellement la motivation et l’énergie pour (re)faire quelque chose.

Ces 2 jours ont été très productifs : j’ai réussi à écrire une dizaine d’articles, à construire la ligne éditoriale et à la tester auprès de proches.

Il ne restait plus qu’à me lancer sur la partie technique: acheter le thème WordPress, faire un logo (merci TR), et construire le site.

Tout cela aura pris au total 1 semaine pour lancer Pagnific.

J’espère pouvoir compter sur vous dans cette nouvelle aventure, aussi nombreux que vous l’avez été avec Pagnifik. Beaucoup plus que par le passé, je m’attacherai à mettre en lumière les textiles africains, à faire connaitre leur histoire et comment ils peuvent trouver une place plus large dans la mode et l’artisanat contemporain. Consultez régulièrement la rubrique Histoire et Culture si cette thématique vous intéresse. Le wax quant à lui n’est pas banni… il n’est juste plus le point central. Comme je le disais tantôt, je n’ai jamais été de ceux qui le dénigrent. J’y reviendrai à l’occasion.

Je pense avoir fait le tour des différentes questions que j’ai reçues; je me ferai un plaisir de répondre à celles que j’aurai pu oubliées.

A très vite dans un nouvel édito.

Mary

(Visited 294 times, 1 visits today)

4 Comments

  1. Vhyra avril 7, 2020 at 2:25

    Je viens de lire les 3 articles! Bravo à vous et bonne chance dans cette nouvelle aventure.

    Reply
    1. Pagnific avril 7, 2020 at 3:55

      Merci pour ce gentil message et pour les encouragements 🙂

      Reply
  2. Lamel avril 7, 2020 at 7:52

    Good Job Mary! Pagnifik oh Pagnific oh, ce qui est sur nous on te suit! Lâche pas

    Reply
    1. Pagnific avril 8, 2020 at 4:29

      Merci beaucoup Lamel 🙂

      Reply

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *